Aller au menu Aller au contenu
Publié le 7 avril 2015
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo
8 avril 2015
10H15 - 12H15
Amphi A010
ENSE3
11 rue des mathématiques
Saint Martin d'Hères

Soutenance de thèse de Martin Wu Cong

Thèse intitulée
Etude Prospective de la Topologie MMC et du packaging 3D pour la réalisation d’un variateur de vitesse en moyenne tension

Résumé
La topologie modulaire multiniveaux est une structure d’électronique de puissance construite par la mise en série de sous-modules identiques, composés chacun d’une cellule de commutation et d’un condensateur. Un tel système de conversion pouvant comporter un grand nombre de cellules permet d’augmenter le rendement global et la qualité des signaux en sortie.
De plus, il permet d’utiliser des composants basse tension présentant un meilleur comportement dynamique et un rapport qualité-prix bien supérieur aux composants moyenne tension.
Il permet également, par rapport aux structures conventionnelles, une grande souplesse pour la conception et la fabrication du fait de son aspect modulaire, tout en s’affranchissant d’un transformateur volumineux et onéreux en entrée.
Comparé aux autres types de topologies, avantageuses avec un nombre limité de niveaux, le convertisseur modulaire multiniveaux semble être mieux adapté aux applications en moyenne et haute tensions, qui sont tributaires de l’association des composants de puissance. Néanmoins, pour la variation de vitesse, un certain nombre de défis technologiques ont été mis en évidence, compte tenu du fonctionnement particulier de l’onduleur modulaire multiniveaux et des contraintes imposées par l’opération en très basse fréquence.
En le fonctionnement normal, la forme d’onde des courants internes, contrairement aux autres types de topologies, n’est pas symétrique en raison de la distribution du courant direct dans chaque bras. Cela entraîne une disparité significative en termes de dissipation thermique parmi les interrupteurs constituant un sous-module. Avec le choix d’une technologie de packaging 3D, la possibilité de refroidir les puces semi-conductrices en double-face offre une meilleure capacité de refroidissement et une nouvelle perspective de conception des modules pour cette application.
Un nouveau concept de report de puces est présenté et un prototype de tel module a été réalisé, modélisé et caractérisé. Il permet d’équilibrer globalement la chaleur dissipée par les puces sur les deux faces du module, problème inhérent à l’emploi de structure 3D. Conjugué à la mutualisation d’un interrupteur par deux puces en parallèle, la nouvelle architecture a aussi pour objectif d’équilibrer le refroidissement double-face dans le temps. En effet, pour les opérations en basse fréquence, les interrupteurs fonctionnent en régime instationnaire avec de forte variation de température, il n’est donc plus possible de compenser les effets thermomécaniques de chaque composant l’un par l’autre, comme en régime stationnaire et avec un positionnement planaire des puces.
D’autre part, d’un point de vu systémique, la stratégie de commande et le dimensionnement des condensateurs flottants de l’onduleur modulaire multiniveaux sont deux aspects intimement liés.
En effet, les condensateurs flottants sont le siège d’ondulations de tension de très forte amplitude. Cela a pour effet de déstabiliser l’onduleur, voire de provoquer la destruction des composants en atteignant des niveaux de tension trop élevés. Ainsi, des contrôleurs judicieusement conçus permettent de réduire les ondulations indésirables, et a fortiori, d’embarquer des capacités moins importantes dans le système, tant que ces dernières sont inversement proportionnelles à l’ondulation de la tension.
Afin d’avoir une compréhension approfondie sur les dynamiques régissant le convertisseur modulaire multiniveaux, un modèle dynamique global basé sur la représentation d’état a été établi.
Bien que cette représentation soit limitée à l’harmonique 2 des grandeurs caractéristiques, elle permet une fidèle interprétation du mécanisme de conversion sans passer par des modèles énergétiques bien plus complexes à exploiter, et de proposer des lois de commande montrant leur efficacité notamment autour de la fréquence nominale. Cela a été vérifié sur une maquette de puissance réalisée dans le cadre de cette thèse.

A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

mise à jour le 7 avril 2015

anglais
G2ELAB
Laboratoire de Génie Electrique de Grenoble
Bâtiment GreEn-ER, 21 avenue des martyrs, CS 90624
38031 Grenoble CEDEX 1
FRANCE

Tél. +33 (0)4 76 82 62 99

Lat x Lon:    N 45°12m9s   x  E 5°42m11s

Site LMMCF - Herbeys
Site MINATEC - CIME Nanotech - Grenoble
Univ. Grenoble Alpes