Aller au menu Aller au contenu
Au centre de l'innovation en énergie électrique, partageons projets, compétences et savoir faire.

< >
Publié le 16 octobre 2008
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo
Soutenance 18 décembre 2008 | Plan d'accès
de 10:30 à 12:30


Amphi A022 Site Ampere

Titre de la thèse: Immunisation en boucle fermée – Application au sous-marin double coque. Identification de l’aimantation à partir de mesures du champ magnétique proche

Résumé:

Un sous-marin, formé de coques ferromagnétiques, crée une anomalie locale
du champ magnétique terrestre pouvant conduire à sa détection, menaçant
ainsi le bâtiment et l'équipage. Comme cette anomalie varie en fonction du
champ inducteur et des contraintes mécaniques, la pression en particulier,
le navire doit être capable de l'évaluer en temps réel afin de pouvoir la
compenser à l'aide de boucles de courants : c'est l'immunisation en boucle
fermée (IBF). Sa mise en oeuvre nécessite de disposer d'un outil capable
de prédire l'aimantation du sous-marin à chaque instant. Cette dernière se
décompose en deux parties : l'aimantation induite et l'aimantation
rémanente. Si la première est parfaitement déterministe, il n'en est rien
de la seconde qui dépend de l'histoire magnétique des tôles. Son
évaluation repose donc sur la mesure du champ magnétique dans l'air et sur
la résolution d'un problème inverse. Les sous-marins double coque semblent
être les navires les mieux adaptés à la mise en place de l'IBF : les
capteurs de champ magnétique peuvent être placés entre la coque interne
épaisse (résistante à la pression) et la coque externe mince
(hydrodynamique). En contrepartie, et c'est le point délicat,
l'identification de l'aimantation doit être réalisée par des mesures très
proches des sources magnétiques. Après une étude complète du problème
direct, nous proposons dans ce travail une formulation magnétostatique du
problème inverse adaptée à cette contrainte. Elle a pu être validée
expérimentalement par des mesures sur un modèle réduit au trentième de
sous-marin double coque.


A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

mise à jour le 29 juin 2009

Contact

Yannick Vuillermet
Envoyer un mail
Univ. Grenoble Alpes